Steampunk

BD : Princesse Sara, du manga à l’aventure steampunk

Un article un peu « surprise » aujourd’hui : je ne vous l’ai pas annoncé dans la newsletter, parce qu’un peu de suspense, c’est bien aussi ^^ Je vous avais juste parlé, il y a un moment, d’un probable article où je vous présenterais mes séries de BD préférées. Mais en fait j’ai opté pour une présentation par titres, ce qui me permet de vous faire une belle présentation en profondeur, sans pour autant vous spoiler, rassurez-vous 😉

Ma collection préférée de tous les temps, c’est celle de Princesse Sara, avec Audrey Alwett au scénario, Nora Moretti au dessin, et Marina Duclos à la colorisation. Un trio fort talentueux, qui nous vaut une collection en passe de devenir culte, et qui a donné lieu à un événement extraordinaire le 5 mai dernier. Mais je vous raconte ça à la fin de l’article 😉

Un très grand nombre d’entre vous connaissez sûrement le manga Princesse Sarah, qui passait dans les années 90. La BD reprend l’histoire de ce manga (tiré lui-même du roman La petite princesse écrit par Frances Hodgson Burnett en 1888), mais en y apportant davantage de richesse et de profondeur. Je me demande d’ailleurs si certains éléments (comme les noms, qui changent légèrement) ne sont pas repris plutôt dans le roman ; je ne l’ai pas lu, donc je ne peux pas vous le certifier.

Je ne résiste pas à poser ici le générique de ce dessin animé culte 😉

Vous aussi vous avez chantonné ? 😀

 

Les points communs

Sara

Les quatre premiers tomes de la série reprennent l’enfance de Sara au pensionnat de Miss Minchin, telle qu’on la connaît.

Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos
Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos
Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos
Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos

L’histoire se déroule au XIXe siècle, donc à l’époque victorienne (héhé, vous me voyez venir, non ? ^^ ). Sara a grandi en Inde et est orpheline de mère. Son père, qu’elle adore, la confie à une pension de jeunes filles à Londres, afin qu’elle y reçoive une éducation distinguée, avant de repartir en Inde pour mener ses affaires ; elle a environ 9 ans à ce moment-là. Il est très riche, Sara a un traitement de faveur à la pension. Elle ne cache pas qu’elle aime les jolies toilettes et le raffinement, mais elle n’en joue pas et cherche toujours à être gentille et compréhensive avec les autres enfants. Elle a une grande imagination et se raconte (et raconte aux autres enfants) beaucoup de folles histoires.

 

Les ennemies

La directrice, l’ignoble Mademoiselle Mangin / Miss Minchin, déteste Sara. Totalement mielleuse lorsque celle-ci est riche, absolument infecte lorsqu’elle perd son père et sa fortune ! Non seulement elle fait d’elle une servante, mais elle lui ait subir de nombreux mauvais traitement, l’épuise et l’affame… Très très réussie : elle est abjecte !!!

Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos, Miss Minchin
Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos, Miss Minchin
Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos, Miss Minchin

 

Lavinia, aussi insupportable que dans la série elle aussi, est une camarade de pensionnat, qui déteste Sara. Elle était, avant son arrivée, la plus belle, la plus riche, montrée en exemple par Miss Minchin. Elle était déjà très désagréable avec certaines de ses camarades, Sara va elle aussi faire les frais de sa méchanceté.

Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos, Lavinia
Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos, Lavinia

 

Les amies

Hé oui, parce que malgré tout Sara se fait des amies quand même ! Au final, c’est encore elle qui les rassure lorsque tout s’effondre pour elle, et qui les aide à supporter leurs propres problèmes grâce à ses fameuses histoires.

Becky est la petite servante du pensionnat. Sara est toujours bienveillante avec elle, avant et après. Elles s’entraident toutes les deux.

Marguerite / Ermengarde est une élève du pensionnat un peu boulotte, dont se moque les autres élèves, particulièrement Lavinia bien sûr… Elle aussi, Sara la prend sous son aile. Ermengarde ne pourra pas faire grand chose pour elle pendant les années de servitude de Sara, car Miss Minchin prend bien soin d’empêcher les élèves d’avoir la moindre conversation avec les servantes. Ermengarde passera outre cette interdiction de temps en temps, à ses risques et périls (surtout à ceux de Sara d’ailleurs), mais elle est bien impuissante (ses parents l’ignorent totalement).

 

Lottie, une petite de 4 ans au début de l’histoire, elle aussi orpheline de mère et régulièrement sujette à de bruyantes crises de larmes !! Seule Sara parvient à la calmer, Lottie l’appelle « Maman Sara ».

 

Les nouveautés

L’esthétique et l’univers steampunk

Pour ceux qui découvrent le steampunk, allez jeter un œil dans ma catégorie Steampunk, particulièrement le tout premier article, tout en bas de la page : vous comprendrez mieux 😉

Et là vous comprenez bien que je ne pouvais qu’aimer Princesse Sara 😉 Je suis conquise par l’histoire, et la richesse qu’Audrey Alwett lui a apportée, mais ce visuel… C’est vraiment ces trois talents réunis, avec Nora Moretti et Marina Duclos donc, qui fait le génie de la série !

Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos, steampunk
Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos, steampunk

L’univers tout entier de la série est steampunk, et pas seulement l’esthétique. L’esprit d’aventures, les enquêtes, l’omniprésence des automates et des rouages en général, les ballons dirigeables, les pieuvres, l’équivalent du Nautilus dans le tome 11… Un pur chef d’oeuvre steampunk !!!

Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos, steampunk
Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos, steampunk

Les décors sont ultra détaillés, en intérieur comme en extérieur. On peut relire les épisodes plusieurs fois : on découvrira toujours un détail qui nous avait échappé à la lecture précédente !!

Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos
Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos
Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos
Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos
Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos
Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos

 

Sara adulte

La série Princesse Sara contient 11 tomes, ce qui signifie que 7 tomes (pour le moment) racontent ses aventures en tant qu’adulte !!!

Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos
Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos
Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos
Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos
Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos
Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos
Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos

 

Sara est devenue une très belle jeune femme. Les dessins de Nora Moretti sont ultra expressifs, j’aime beaucoup la douceur du visage de Sara, même lorsqu’elle est contrariée.

20181008_190344
Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos
Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos
Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos
Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos

 

Très rapidement et sans spoil : au début du tome 5 elle retourne vivre en Inde, tente d’y trouver sa place, de reprendre les rennes de l’usine d’automates de son père, mais bien sûr, tout ne se passe pas comme prévu, et nous la suivons, au fil des tomes, à Venise (le tome le plus incroyable visuellement je trouve), en France, de retour à Londres, dans un sous-marin, etc etc

Elle aime toujours autant les jolies toilettes, qui sont un élément essentiel de la série. A la sortie de chaque tome, j’ai hâte de connaître la suite de l’histoire (Audrey Alwett est très douée pour les cliffhangers de folie !!!!), mais aussi de découvrir les nouvelles robes de Sara et de ses amies, parfois vraiment spectaculaires !!!

Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos
Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos
Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos
Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos
Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos
Princesse Sara, Audrey Alwett, Nora Moretti, Marina Duclos

La robe « paon », à droite, a particulièrement fait parler d’elle, comme vous le verrez en fin d’article 😉

 

En effet, certaines camarades (mais aussi des personnages masculins…) la suivent dans ses aventures, vous en aurez peut-être reconnu certaines sur les photos ! Y compris Lavinia, qui est, je trouve, le personnage le plus réussi : très difficile à cerner, très attachante bien que toujours aussi insupportable, elle est très très intéressante !! Mais je n’en dis pas plus, ni sur elle, ni sur les autres, et je n’ajoute plus de photos : trop de spoil potentiel (j’ai déjà vérifié au moins dix fois sur les autres photos si elles étaient bien exemptes d’infos importantes sur le déroulé de l’histoire !).

 

Des valeurs humanistes fortes

Le manga était une jolie histoire, morale de par le caractère tolérant et bienveillant de Sarah et le méchant retour de karma de Mademoiselle Mangin. Mais ça s’arrêtait là.

La BD Princesse Sara, elle, véhicule des valeurs fortes : égalité des classes, antiracisme, féminisme, et d’autres que je ne citerai pas (arrggh, super scoop du tome 11, j’adoooore ^^ ).

 

Le mythe se met en place

Les dédicaces de Nora Moretti

Les dédicaces de Nora Moretti sont toujours un petit événement pour les fans de la série. En effet, ses dessins à la volée, au criterium et au thé au pinceau (oui oui), sont juste incroyables ! Elle était venue au Livre sur la Place à Nancy, je ne regrette pas d’avoir affronté la chaleur étouffante du chapiteau et la horde de lecteurs au coude à coude pour ce merveilleux résultat…

 

Le bal du 5 mai 2018

Oui, vous avez bien lu, un bal a bien eu lieu, ici en France en 2018 !! Organisé en l’honneur des 10 ans de Princesse Sara, il a rassemblé des fans qui avaient revêtus leurs plus beaux atours victoriens, steampunks, et même cosplays !

Je vous invite à aller lire l’article d’Audrey Alwett, qui y était, bien sûr, et qui est donc plus à même que moi de raconter cette journée incroyable. Robes somptueuses, piques-niques champêtres, maître à danser… Tous les éléments qui font le charme de la série y étaient !

J’ai été plus que subjuguée par le petit spectacle qui a ouvert le bal, tellement touchant, et par la SUBLIME robe paon (vous savez, celle dont je parle plus haut dans l’article) réalisé par la cosplayeuse Nikita Cosplay. On la voit justement bouger, évoluer dans le spectacle, c’est encore plus merveilleux que sur les photos ! Il n’est pas long, un peu plus de 10 mn, donc vraiment, prenez le temps de regarder.

 

Voilà, j’espère avoir réussi à vous donner envie de vous plonger dans la lecture de ces magnifiques albums ! Si vous découvrez Princesse Sara maintenant, vous avez de la chance : vous allez éviter pas mal de cliffhangers ! Mais… pas le dernier, celui qui clôt le tome 11, et qui est particulièrement insupportable (donc réussi ^^ ) !!!

 

J’ai quelques autres BD en réserve, dont une grande partie reste dans l’univers steampunk, donc si ça vous plaît, n’hésitez pas à rester dans les parages (Facebook, Instagram, ou même encore mieux la newsletter, qui vous permet de passer au-dessus des algorithmes des réseaux sociaux !).

A bientôt donc 😉

Alexandrine

 

Restons en contact !

Pour garder un œil sur mes actualités et projets, laissez-moi votre mail !

 

* champs requis

 


 


 


 


Je souhaite recevoir :


Vous avez aimé l'article ? Partagez-le avec vos amis !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial