Geek

World of Warcraft : jeu vidéo ou monde parallèle ?

Peut-être certains d’entre vous seront étonnés de me voir parler jeu vidéo ici ! D’ailleurs, je ne parle pas de n’importe quel jeu vidéo, mais d’un jeu bien précis, World of Wacraft, un MMORPG (= en français, Jeu de Rôle En ligne Massivement Multijoueur) qui existe depuis 2004. Oui, il dure depuis 14 ans. Pourquoi les millions de joueurs qui y jouent ne se sont pas lassés depuis ? Parce que l’univers qu’il offre est d’une très grande richesse, à la façon d’un Seigneur des Anneaux de Tolkien. Oui, j’OSE comparer World of Warcraft au Seigneur des Anneaux. C’est le même esprit d’aventure, la même richesse, une histoire complète, de la création du monde à la dernière extension sortie le 14 août, Battle for Azeroth, qui constitue la suite de l’histoire, et permet aux joueurs de continuer à avancer, à exister en Azeroth.

Graphiquement, ce n’est pas le jeu le plus exceptionnel qui soit sorti, bien que les progrès, d’une extension à l’autre, soient très impressionnants. Cependant, la configuration de mon ordinateur ne me permet pas d’en profiter, donc je joue sur des graphismes moyens (quoique, comme vous pouvez le voir sur le screen en dessous, ça reste largement correct !). De toute façon, le graphisme n’est pas un problème pour moi : tout le reste m’enthousiasme au plus au point ^^

 

Une première partie de l’article est davantage dédiée aux noobs (les « novices », qui ne connaissent pas l’univers, dans le jargon 😉 ), pour leur expliquer pourquoi l’appel d’Azeroth est irrésistible pour ceux qui y ont mis un jour les pieds. Les joueurs confirmés y trouveront leur compte aussi : je vais essayer de vous faire ressentir ce que je ressens lors que je suis Draida, mon personnage, et je pense que pas mal d’entre vous s’y retrouveront !

 

Brève histoire d’Azeroth

Le lore (l’historique des traditions) du jeu a été soigneusement imaginé, et continue à être travaillé années après années, avec des évolutions, des extensions (comme un nouveau jeu qui sort, mais il s’agit en fait de la suite de l’histoire, qui s’articule parfaitement avec la fin de l’extension précédente). Les scénaristes de ces évolutions prennent grand soin de rester cohérent avec tout ce qui a précédé, tout comme pour les séries TV.

Azeroth, c’est la planète où se déroulent les aventures de ces millions de joueurs et joueuses. Plus qu’une planète, c’est une âme-monde : elle contient un titan en cours de développement. C’est grâce à cela qu’elle regorge de différentes sources d’énergie magique.

Azeroth vue depuis la planète Argus (oui, elle ressemble à notre bonne vieille Terre)

 

Les titans sont peu nombreux, une petite dizaine. Leur but est de parcourir l’univers à la recherchent d’âmes-mondes, pour les protéger et veiller sur leur développement. Ils ne créent pas la vie, mais ils l’ordonnancent et la font fructifier, lorsqu’il la découvrent sur les planètes qu’ils croisent. Cependant, un d’entre eux a mal tourné, Sargeras ; son rôle était de combattre les Seigneurs du Vide, d’horribles créatures maléfiques, mais en voyant ce qu’ils étaient capables de faire, il a décidé qu’il était préférable d’éradiquer toute vie dans l’univers, et de croiser les doigts pour qu’elle finisse par réapparaître, purgée de tout maléfice. Sympa ! Du coup, lui aussi recherche les âmes-mondes, non pas pour les protéger, mais pour les corrompre et en faire des alliés dans son combat contre la vie. Oui, LE grand méchant de l’histoire, c’est lui ^^

Il a déjà tenté de corrompre Azeroth il y a des milliers d’années, mais des créatures vivant sur l’âme-monde, les Elfes de la nuit aidés des dragons et autres dieux de la nature, ont réussi à l’empêcher de mener son projet à terme. Ce combat fut tellement monstrueux que la surface de la planète s’en trouva complètement modifiée, l’unique continent fut séparé en plusieurs plus petits, tels qu’ils sont dans le jeu actuellement. C’est ce qu’on appelle la Grande Fracture.

 

 

La vie a finalement réussi à s’accrocher en Azeroth, et les diverses créatures qui étaient apparues (des évolutions mortelles des formes de vies forgées par les titans) se sont développées à nouveau.
Les elfes n’étaient pas d’accord sur la place qu’il convenait de donner à la magie dans leur vie, et se sont scindés. Leur mode de vie complètement différent et leur situation géographie respective fit que leur aspect n’évolua pas de la même façon. Ce qui explique les différences assez importantes entre les elfes de la nuit et les elfes de sang.
La civilisation des hommes, unis face aux trolls, devint très florissante, occupant une bonne partie du Nord des Royaumes de l’Est, la capitale Lordaeron en étant le fleuron. Ils s’allièrent d’abord avec les elfes de sang (oui oui, même s’ils sont ennemis maintenant) pour combattre les trolls, puis avec les nains et les gnomes, avec qui ils échangeaient richesses et savoir. Petit à petit, la paix s’étant installée de façon durable, les grandes cités humaines gagnèrent en indépendance et les grandes cités comme Storm, Lordaeron, Kul Tiras, Windstorm (Hurlevent), etc, devinrent des cités états, qui ne se préoccupaient plus guère des autres cités, plus ou moins rivales sur le plan économique. Il n’y avait plus de capitale des humains.

Voilà, ce que je viens de vous raconter très brièvement ici s’est passé AVANT la sortie du jeu original. Il y a encore beaucoup de choses à dire, j’ai vraiment fait un très gros résumé, qui correspond au premier tome des Chroniques de World of Warcraft. Au moment de la sortie du jeu, les orcs étaient arrivés par un immense portail, depuis une autre planète, l’Outreterre (vu dans le film Warcraft de 2016)… Quelle est l’histoire de cette planète ? Qui sont les orcs ? Pourquoi des morts-vivants dans la Horde ? Comment est tombée Lordaeron, dont les ruines sont devenues Fossoyeuse, la capitale des Morts-Vivants ? Comment a été créée la Horde ? Pourquoi la Horde et l’Alliance sont-elles férocement ennemies, bien qu’elles aient réussi à s’allier lors de l’avant-dernière extension pour lutter contre le retour de Sargeras ?

Une telle richesse d’univers, créé pour un jeu vidéo, c’est complètement fou. Oui, les créateurs ont repris la base du concept de Tolkien : elfes, orcs, nains, etc. Mais le mythe n’est pas du tout le même, tout a été réimaginé de A à Z. C’est du pur génie, voilà 🙂

 

Un univers complexe et ultra riche

Dans World of Warcraft comme partout, on a des convictions et on se bat pour elles. Lorsque l’on crée un personnage, on choisit si l’on veut faire partie de la Horde ou de l’Alliance. Il n’y a ni gentils ni méchants. La Horde est plus sombre et plus sauvage, les méthodes de ses chefs ne font pas toujours l’unanimité, ce qui les fait souvent passer pour les méchants (surtout dans la dernière extension, où la chef de guerre, Sylvanas Coursevent, n’agit que pas vengeance, détruit tout son passage, et choque les autres chefs de la Horde eux-mêmes !!). L’Alliance est plus « chevaleresque » mais en serait presque trop lisse.
J’ai créé des personnages dans les deux factions, je pourrais donc dire que je suis neutre ^^ J’ai malgré tout une préférence pour l’Alliance, dont fait partie mon personnage principal, Draida (je vous en dis plus sur elle plus bas). Mon côté Gryffondor probablement 😉

Lorsque l’on a choisi son camp, on choisit sa race. Rien de péjoratif ici : humains, nains, elfes de la nuit, gnomes, draeneï, worgens pour l’Alliance, orcs, morts vivants, taurens, trolls, elfes de sang, gobelins pour la Horde. On peut également citer les pandarens, qui sont neutres au moment de leur création. Chaque race a son avantage : résistance à tel ou tel type de magie, vitesse améliorée, camouflage, meilleures capacités dans certains métiers, etc.

Une fois sa faction et sa race choisis, on définit sa classe. On pourrait dire sa vocation : paladin, guerrier, prêtre, chaman, druide, mage, moine, démoniste, chasseur, voleur, etc., qui détermine :

  • la façon dont on se battra : corps à corps ou dégâts à distance, type de magie, type d’armes.
  • dont on s’équipera : tissu, cuir, mailles, plaques.
  • notre mission dans les donjons et raids (des zones où les joueurs se regroupent pour affronter des dangers plus grands et des entités dont il serait impossible de venir à bout tout seul) : tank (corps à corps et armures lourdes) pour garder l’attention des ennemis sur soi pendant que les autres tapent, DPS (= Dégats Par Seconde = ceux qui tapent), heal (= soigneur) pour veiller à ce que tout ce petit monde reste en vie !

 

Enfin, un peu plus tard dans le jeu, il nous faudra déterminer un ou deux métiers qui permettent d’améliorer ses capacités de combat, mais aussi celles des autres car on peut vendre le fruit de ses cueillettes et fabrications aux autres joueurs (et, du coup, s’enrichir ^^ ). Les métiers ne sont pas obligatoires, mais c’est bien plus intéressant d’en avoir, à tous niveaux !

Les joueurs peuvent jouer « contre l’environnement » (suivre les quêtes et l’histoire du jeu) ou bien en « joueur contre joueur » (de l’autre faction bien sûr). En ce qui me concerne, je ne joue que contre l’environnement. Mes rares expérience de JcJ que j’ai tentées m’ont vraiment déplu. Je pense réessayer un de ces jours, histoire de ne pas rester sur du négatif.

Enfin, si on le souhaite, on peut appartenir à une guilde, c’est-à-dire un groupe de solidarité. En ce qui me concerne, je préfère jouer solo, car mes dispos sont trop aléatoires, mes compagnons d’arme ne pourraient pas compter sur moi. Mais c’est au sein d’une guilde que je m’étais fait des amis il y a une dizaine d’année, et je suis toujours en contact avec l’un d’eux sur Facebook (hello Nico 😉 ) ! C’est l’aspect « réseau social » du jeu finalement !

Comme vous pouvez le voir, les possibilités sont multiples, ce qui permet à chaque joueur d’exprimer son tempérament, et même de s’éclater en créant de multiples personnages (jusqu’à 50 par compte !).

 

Ma façon de jouer

Je joue à World of Warcraft depuis 2005. Pas en continu, j’ai fait de longues pauses. Mais j’ai pu jouer à quasiment toutes les extensions (celle que je n’ai pas pu faire, c’est Warlords of Draenor, je ne sais même pas vraiment ce qu’elle raconte !). Je n’ai pas tout de suite été complètement happée par l’univers. J’aimais bien, je « jouotais » ^^ Je m’y suis plongée plus sérieusement à l’occasion de la sortie de la première extension, Burning crusade, quelques mois après (octobre 2005). Une nouvelle race était proposée, celle des Draeneï (venant de la planète Draenor, leur vaisseau s’est écrasé sur Azeroth !). C’est là que j’ai créé ma Draida, qui me suit fidèlement depuis 🙂 Je l’écris sans trémas, mais on prononce Draïda. Oui c’est important pour moi ^^

 

Mon personnage principal s’appelle donc Draida. Elle n’est pas moi mais je suis elle. C’est-à-dire que je distingue sa vie et son combat des miens, mais je mets tout mon cœur et… pas mal de mes soirées dans les siens ! C’est une Draenei, chamane, herboriste et alchimiste. Je l’ai emmenée jusqu’au niveau 120 (le niveau maximum que permet la nouvelle extension). Elle a toute une histoire, qui s’est forgée au fil de ses quêtes et de ses hauts faits. Elle a parcouru plusieurs mondes, découvert de nombreuses civilisations grandioses et paysages à couper le souffle, a combattu au côté des plus grands, a sauvé Azeroth à plusieurs reprises, et a la grande fierté, en tant que chamane, d’avoir manié le Marteau du Destin, arme légendaire léguée par le grand Thrall lui-même !

Je lui ai inventé une histoire de cœur, qui s’est mal finie puisque son grand amour secret, le roi humain Varian Wrynn, est mort… Il est mort sous ses yeux, tandis qu’elle se battait à ses côtés, lors d’une bataille de triste mémoire. Il s’est sacrifié pour sauver son armée… Elle ne lui avait jamais avoué ses sentiments, pensez-vous… Mais son cœur n’en a pas moins été brisé…

Depuis, bien qu’elle n’ait jamais vraiment adhéré à cette lutte Horde/Alliance, elle voue une haine sans borne pour Sylvanas Coursevent, actuelle chef de guerre de la Horde et dont la traîtrise a causé la mort de Varian. Ses deux principaux objectifs actuels sont donc :

  • venger son roi aimé en tuant Sylvanas Coursevent, ce qui libérera par ailleurs la Horde d’un chef de guerre haineux et sans honneur,
  • protéger et soutenir le jeune roi Anduin, le fils de Varian, et l’aider à faire ses preuves en tant que nouveau chef de guerre de l’Alliance.

Varian et Anduin, il y a quelques années… (photo tirée des Chroniques tome 3)

 

World of Warcraft et addiction : un équilibre possible ?

Plus qu’un jeu vidéo, World of Warcraft est pour moi un monde parallèle. Qui certes doit rester à sa place. J’y ai été addict, dans le mauvais sens du terme. J’ai fait une dépression en 2009 (liée à tout autre chose), et le jeu m’a servi de dérivatif. D’une certaine façon il a été d’une grande aide pour ne pas trop sombrer, mais pendant que j’y jouais, je ne réglais pas mes problèmes… J’ai fini par m’en rendre compte, et un déclic m’a donné la force d’arrêter de jouer pour affronter mes démons. Une fois ces démons remis à leur place, je me suis lancée dans d’autres passions (le scrap par exemple).
La pause a donc duré plusieurs années. Mes aventures ne me manquaient pas, jusqu’à fin 2017. Je m’y suis replongée, avec raison cette fois-ci. J’y joue maintenant à des heures bien définies (le soir après le coucher des enfants, parfois le dimanche après-midi), m’organisant des créneaux eux aussi bien définis pour travailler et m’occuper de ma petite famille. Donc oui, l’équilibre est possible, mais sans autodiscipline, le jeu peut vite devenir très chronophage.

 

Comment se plonger dans cet univers sans jouer ?

Alors pour jouer, il suffit d’aller sur le site du jeu et de le télécharger (même pas besoin de s’encombrer avec une boîte achetée en magasin) ! Voici ce qu’il faut viser : l’intégrale du jeu (ne vous inquiétez pas, vous ne payez l’équivalent que de la dernière extension, mais vous avez bien la totalité du jeu + 1 mois de jeu gratuit ! Oui parce qu’il faut compter 12.99 € d’abonnement par mois. Très peu cher payé pour tant de kiff, et sachant qu’il y a des mises à jour régulièrement, des « patchs » qui sont comme de mini extensions gratuites, pour faire avancer l’histoire en temps réel.

 

Je vois venir certains d’entre vous de très très loin : ouiiii, mais nous on veut pas joueeer, c’est pas juuuuste ! Mais si mais si ! Il existe de supers moyens d’en savoir plus sans aller jusqu’à se mettre au jeu.

 

Le film Warcraft

Ce film sorti en 2006 me semble être une très bonne entrée en matière ! Il traite d’un événement primordial dans le lore : l’ouverture de la Porte des Ténèbres, et donc l’arrivée des orcs sur Azeroth. Dans notre monde, on calcule le temps avant ou après JC. Ici, c’est avant ou après la Porte des Ténèbres.

L’esprit du jeu est bien respecté, on y parcourt des régions bien connues sur Azeroth, et les images respectent plutôt bien les visuels du jeu (mention spéciale pour Forgefer, la capitale naine, au début !!). Les scénaristes ont un peu arrangé les événements, mais l’essentiel est respecté. Les personnages sont effectivement des personnages qui ont joué un rôle important, le roi du film, Llane, étant le père de Varian. On y voit également que les orcs ne sont pas que de gros sauvages assoiffés de sang, mais un peuple qui fuit une planète dévastée et dont les valeurs sont l’honneur et la guerre.

 

 

 

Les BD

Je les connais peu, je n’en possède pas. Toutes ne me semblent pas exceptionnelles, mais ça dépend de ce que vous cherchez, surtout. La collection WaoW est totalement satirique et raconte l’histoire de joueurs qui débutent ou non dans le jeu. Je pense que cette collection ne peut être comprise que par des joueurs ^^

En revanche, toute la collection World of Warcraft me semble traiter de l’histoire de personnages principaux de l’intrigue, donc ça me paraît intéressant pour des non-joueurs également. Pas impossible que je finisse par en acquérir, même si ça n’est pas dans mes priorités actuelles. Idem pour Warcraft Legends, qui traite de l’histoire des races (nains, elfes, etc).

 

Les romans

Pour les amateurs de lecture un peu plus littéraire, vous avez l’équivalent en romans. C’est l’option qui me semble la plus immersive. Quand j’aurai fini les Chroniques, je pense me plonger dedans ! On a déjà trois exemplaires que mon chéri avait achetés. Il est recommandé de les lire dans l’ordre (affiché dans le lien juste au dessus).

 

Les Chroniques

Un mélange de livres d’art et de livre d’Histoire. Les Chroniques vous racontent le lore de la création de l’univers jusqu’à l’extension Cataclysm, incluant en fait Warlords of Draenor, de ce que j’ai cru comprendre. Comme leur nom l’indique, elles traitent l’histoire dans l’ordre chronologique, et non dans l’ordre des extensions (qui contiennent des flash backs).

Contrairement à ce qu’on pourrait croire, c’est plutôt bien écrit et agréable à lire !! Je pense que c’est intéressant même quand on n’a jamais joué, en complément du film, des romans et des BD, pour comprendre comment s’articulent les histoires entre elles, et appréhender l’univers dans sa globalité.

World of Warcraft, Chroniques
World of Warcraft, Chroniques
World of Warcraft, Chroniques
World of Warcraft, Chroniques

 

Je suis en train de lire le tome 2. Je lis lentement, parce que je veux tout comprendre et que je lis tout en me rendant sur les lieux dans le jeu pour visiter (presque me recueillir ^^ ) les grands lieux de l’histoire de ce monde (oui, j’aime le patrimoine historique AUSSI dans les univers parallèles 😀 ). Pour le premier tome, j’ai même pris des notes dans mon Guide de l’Aventurière (acheté sur Wish !) et retranscrit les cartes les plus importantes (dont certaines sur papier calque pour pouvoir les superposer) (oui, traitez-moi de folle, j’assume totalement ^^ ). J’ai arrêté pour le moment, parce que ça me prend énormément de temps ^^ Mais j’y reviendrai, c’est certain !!

 

Voilà, je pense avoir fait le tour du principal. Il y a encore mille choses à dire, il n’est pas impossible que j’écrive un nouvel article un de ces jours, pour parler plus en détail de la dernière extension, qui a elle seule est trois fois plus riche que les autres et que j’ai à peine effleurée (la montée au niveau 120 n’est que la première marche, j’en mentalise à l’instant 5 ou 6 autres). Il me faudra quelques mois, une fois avoir fini les Chroniques, pour avoir une idée plus claire de tout ça. Du coup cet article s’adresserait plus aux joueurs, à moins que l’univers vous ait plu et vous ait donné envie de vous plonger dans les bouquins ! Si c’est le cas, dites-le-moi en commentaires, ça me ferait super plaisir d’avoir réussi <3

Et si vous êtes joueur, je suis Draida sur Drek’Thar, Nerangwil sur Krasus (Elfe de sang chevalier de la mort) : connectons-nous !!

A bientôt donc 😉

Alexandrine

 

Restons en contact !

Pour garder un œil sur mes actualités et projets, laissez-moi votre mail !

 

* champs requis

 


 


 


 


Je souhaite recevoir :


2 Comments

  • Lucceia

    Ton article est complet, il n’y a rien à ajouter. Pour moi c’est également un monde parallèle et pareil j’ai commencé en 2004 et fait de longues pauses. Avant j’ai joué sur Dark Age Of Camelot et Warcraft, le jeu de stratégie où je faisais partie de la team EPUT (École Polytechnique Universitaire de Tours).

    • Alexandrine

      Ton commentaire me fait super plaisir !! Je me doutais que ça parlerait aux joueurs ! Moi le seul jeu de rôle auquel j’avais joué avant, c’est le dernier Might & Magic ! Maintenant que j’y pense, le graphisme devait vraiment être pourri ^^ Mais qu’est-ce que je m’en fichais !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.