Visiter (payant)

Art nouveau à Nancy : deux visites qui sortent de l’ordinaire !

L’Art nouveau à Nancy est un sujet extrêmement vaste, qu’il est absolument impossible de boucler en un seul article ! Ce soir, j’avais envie de vous emmener hors des sentiers battus, c’est-à-dire sortir des habituels Musée de l’Ecole de Nancy, quartier Saurupt et villa Majorelle. Ces visites sont passionnantes, il faut absolument les faire (d’ailleurs, je vous en parlerai forcément dans les mois qui viennent, voire en 2019 pour la Villa Majorelle, qui ferme le 1er juillet pour rénovation) !
Mais je voulais montrer autre chose, vous parler de deux événements auxquels j’ai eu le plaisir de participer récemment : la visite guidée de l’exposition Art & Industrie du Musée des Beaux-Arts, et celle du quartier Nancy Thermal, dans le cadre des Journées Art Nouveau du 9 et 10 juin.

Un petit rappel concernant les inspirations esthétiques de l’Art nouveau, pour ceux qui ne le sauraient pas : les artistes s’inspirent directement de la nature. Tout dans la maison, à l’extérieur comme à l’intérieur, doit laisser penser que rien n’est figé (d’où l’absence, au maximum, de lignes droites), et qu’elle est constituée de végétaux qui continuent à « pousser », presque sous nos yeux.

 

L’exposition Art & Industrie

Elle est donc installée au Musée des Beaux-Arts (situé Place Stanislas), jusqu’au 3 septembre. Elle présente l’Art nouveau tel qu’il est né à Nancy : partant d’une recherche artistique réservée aux élites, les artistes et industriels nancéiens ont voulu faire de ce mouvement un véritable art de vivre (touchant ainsi tous les aspects de la vie quotidienne) et le rendre plus populaire, en l’adaptant à une production industrielle.
Pour cela, en 1901, ils ont créé une association, l’Alliance provinciale des industries d’art, rapidement surnommée Ecole de Nancy, car ce désir d’industrialisation et de popularisation était vraiment spécifique aux artistes de notre ville. Cette alliance leur permettait de travailler ensemble sur des projets où se mêlaient différentes techniques entremêlées, donnant ainsi lieu à des oeuvres extraordinaires.

En ce qui concerne l’expo elle-même, vous commencez par un aperçu de l’organisation des usines, au niveau de leur production mais aussi du statut des ouvriers. Leur formation, mais aussi leur bien-être et leur santé, étaient pris en compte !

Emile Gallé, Expo Art et industrie, Nancy
Expo Art et industrie, Art nouveau, Nancy

 

Afin d’avoir des sujets d’études en permanence sous les yeux, des moulages en cire étaient pris directement sur les plantes, et exposés dans les ateliers (à gauche). Les ouvriers pouvaient s’y référer dès qu’ils le souhaitaient.

 

Avant d’élaborer des objets, des études étaient faites avec d’autres matériaux (plâtre par exemple). On voit ainsi, avec ce petit porte-bijoux, la différence entre un « premier jet » et le produit fini.

Expo Art et industrie, Art nouveau, Nancy
Expo Art et industrie, Art nouveau, Nancy

 

En ce qui concerne l’architecture d’intérieur, même fonctionnement : des études sur papier, jusqu’à validation du commanditaire (ça n’a pas vraiment changé de nos jours, finalement).

Expo Art et industrie, Art nouveau, Nancy
Expo Art et industrie, Art nouveau, Nancy

 

Place ensuite aux diverses et nombreuses applications aux objets du quotidien. Les industriels proposaient en exposition, lors de divers événements, des oeuvres d’art (l’équivalent de la Haute Couture en fait), et en fonction de leur succès, ils les adaptaient à une production industrielle, moins travaillée mais aussi moins chère.
Par exemple, ces bureaux : très travaillé à droite, un peu plus léger à gauche. Un troisième, encore plus sobre, est montré à côté.

 

Idem pour ces trépieds, le plus fin étant à gauche (le plus cher, le modèle de Majorelle). Vous remarquerez le motif inspiré d’ombellifères, une des plantes emblématiques du mouvement Art nouveau. J’en reparle plus bas dans l’article 😉

Expo Art et industrie, Art nouveau, Nancy
Expo Art et industrie, Art nouveau, Nancy

 

Les commandes étaient prises en choisissant dans des catalogues le niveau de « travail » de l’objet. Vous remarquerez que les prix ne sont pas indiqués dans le catalogue Majorelle ^^

Expo Art et industrie, Art nouveau, Nancy, catalogue
Expo Art et industrie, Art nouveau, Nancy, catalogue

 

Le clou de l’exposition est à mon sens cette splendide robe, jamais portée mais qui a servi de base à diverses commandes et productions.

Expo Art et industrie, Art nouveau, Nancy, robe
Expo Art et industrie, Art nouveau, Nancy, robe
Expo Art et industrie, Art nouveau, Nancy, robe
Expo Art et industrie, Art nouveau, Nancy, robe

 

Bien sûr, de très nombreux brevets ont été déposés, autant pour ce qui est des nouvelles techniques de production que des motifs mis au point.

 

Les applications publicitaires et commerciales ont laissé pas mal de traces, aussi.

Expo Art et industrie, Art nouveau, Nancy
Expo Art et industrie, Art nouveau, Nancy
Expo Art et industrie, Art nouveau, Nancy

 

Je ne vais pas vous montrer le contenu de l’expo dans le détail, autant que vous veniez la voir de vos propres yeux, mais voici quelques objets qui m’ont tapé dans l’œil.

J’ai toujours été fascinée par la marqueterie. Quel boulot de fou… Créer des paysages avec des lamelles de bois… (Encore des ombellifères sur le haut des meubles).

Expo Art et industrie, Art nouveau, Nancy
Expo Art et industrie, Art nouveau, Nancy
Expo Art et industrie, Art nouveau, Nancy
Expo Art et industrie, Art nouveau, Nancy

Même les signatures !

 

Expo Art et industrie, Art nouveau, Nancy
Expo Art et industrie, Art nouveau, Nancy
Expo Art et industrie, Art nouveau, Nancy
Expo Art et industrie, Art nouveau, Nancy
Expo Art et industrie, Art nouveau, Nancy
Expo Art et industrie, Art nouveau, Nancy
Expo Art et industrie, Art nouveau, Nancy
Expo Art et industrie, Art nouveau, Nancy
Expo Art et industrie, Art nouveau, Nancy

Bilan de la visite

  • J’ai beaucoup apprécié la mise en contexte (historique et social), en plus des détails techniques et artistiques.
  • Les objets sont joliment mis en valeur dans l’ensemble. J’ai juste un doute sur le mur rouge derrière des meubles en bois rouge. Je pense qu’ils seraient mieux ressortis devant un mur dans un ton plus clair et plus froid. Après je ne suis pas spécialiste, ce n’est que mon avis. Ca ne change rien à la beauté des meubles eux-mêmes.
  • Je recommande la visite guidée aux personnes qui n’y connaissent pas grand chose à l’Art nouveau. Pour les autres, je pense que la simple visite suffit, les tableaux explicatifs sont très bien faits.

Merci au Musée des Beaux-Arts pour cette visite spéciale influenceurs de Nancy !

 

La visite guidée du quartier Nancy Thermal

Cette partie de l’article est écrite en partenariat avec l’Office du tourisme de Nancy, que j’ai contacté et qui m’a gentiment permis d’assister à la visite guidée pour que je puisse vous proposer cet article !

Nancy, visite guidée
Nancy, visite guidée, Nancy Thermal

La création du quartier : le contexte

Je connais le mouvement Ecole de Nancy depuis toujours : je suis née ici, mes parents m’avaient un peu raconté tout ça, j’avais déjà visité le Musée de l’Ecole de Nancy, sans guide… Mais il me manquait le contexte, qui m’a été révélé par ce monsieur passionnant qui nous servait de guide. Nous étions particulièrement bien placés pour le découvrir, car ce contexte est avant tout militaire. Le quartier Nancy Thermal abrite une caserne militaire, qui a été créée ici à la fin de la guerre de 1870. La France perdait contre l’Allemagne, et l’Alsace ainsi qu’une partie de la Lorraine devenaient allemandes. Nancy devenait donc une place militaire stratégique essentielle, à 15 km de la frontière ennemie…

 

C’est donc ainsi qu’est né ce quartier : une caserne, des magasins autour pour subvenir aux besoins des soldats et de leurs familles, puis des logements. On voit bien d’ailleurs que les maisons qui sont en face de la caserne ont été, à l’origine, des boutiques, dont la devanture a été transformée par la suite pour accueillir deux fenêtres !

Nancy, caserne Blandan
Nancy, rue Blandan

Ce n’est pas le seul type de maison qu’on trouve là : le guide nous a fait remarquer une petite maison à l’architecture absolument typique de l’Art nouveau un peu coincée entre deux grosses maisons. Je suis passée en voiture des milliers de fois devant, je ne l’avais jamais remarquée…

Nancy, Art nouveau, rue Blandan
Nancy, Art nouveau, rue Blandan

L’autre aspect de cette fin de guerre, c’est que pas mal d’habitants des territoires annexés par l’Allemagne en sont partis pour s’installer essentiellement à Nancy, afin de ne pas devenir allemands. C’est le cas aussi d’usines entières, ouvriers compris, ce qui explique un développement démographique et économique énorme en cette fin XIXe siècle, qui continua largement sur sa lancée au début du XXe. C’est ainsi qu’une multitude de nouveaux quartiers ont vu le jour autour de ce qui existait déjà de Nancy, et le quartier Nancy Thermal en fait partie.

 

La rue Félix Faure

Dans la rue Félix Faure particulièrement, se mêlent des maisons de petit bourgeois, sans grande prétention, et maisons de commanditaires plus fortunés, dont les caractéristiques Art nouveau sont davantage marquées.

Pour les maisons les plus « modestes », c’est souvent les balcons qui se parent d’attributs Art nouveau : des courbes et des motifs d’inspiration végétale. Le guide nous a également fait distinguer le fer forgé à la fonte moulée (moins chère, que l’on pouvait, là aussi, commander sur catalogue).

Nancy, Rue Félix Faure, Art nouveau
Nancy, Rue Félix Faure, Art nouveau

Et quand ce ne sont pas les balcons, alors ce sont les fenêtres, dont les boiseries sont légèrement courbées, ainsi que celles du vitrail au dessus de la porte d’entrée, ou même un porche légèrement arrondi.

Nancy, Art nouveau, rue Félix Faure
Nancy, Rue Félix Faure, Art nouveau

Cette maison, bien que relativement sobre, est cependant très caractéristique : l’ensemble des murs et des ferronneries semble être fait de matières vivantes, qui continuent à « pousser », comme je le disais au tout début de l’article.

Nancy, Rue Félix Faure, Art nouveau
Nancy, Rue Félix Faure, Art nouveau
Nancy, Rue Félix Faure, Art nouveau

 

Un point très intéressant de la visite : l’articulation Art nouveau / Art déco à Nancy. J’y ai compris que tout s’était fait petit à petit, et que les deux styles ont cohabité un bon moment. La guerre de 14-18 a pour ainsi dire mis fin à l’Art nouveau, laissant alors toute sa place à l’Art déco. Mais ce dernier n’a pas apparu comme par enchantement ! C’est ainsi que dans cette rue (comme dans beaucoup d’autres, j’imagine), on trouve ce superbe exemple d’architecture Art déco, qui donne la part belle au lignes droites et aux motifs géométriques, à l’exact inverse de l’Art nouveau !!! On imagine aisément comme les propriétaires des maisons autour ont dû être mécontents (« Ah, cet art moderne, je vous jure ! On ne sait plus quoi inventer !!! » ^^).

Et ce n’est pas la seule maison : on aperçoit ça et là des velléités de géométrie, soit au niveau des grilles, soit de la structure de la maison elle-même.

Nancy, Rue Félix Faure, Art déco
Nancy, Rue Félix Faure, Art déco
Nancy, Rue Félix Faure, Art déco

 

Cette maison est très intéressante : elle n’a… aucun style ! Attention, je n’ai pas dit qu’elle n’était pas belle, mais elle ne présente aucune caractéristique d’aucun style que ce soit !! Ce qu’en pense les historiens urbanistes : elle était là avant !! 😉 Un petit corps de ferme probablement, puisque avant la construction de la caserne, cet endroit était en pleine campagne, et d’ailleurs était le territoire de la ferme du Placieux, d’où le nom de la rue parallèle : la rue du Placieux !! Seul le portail a dû être refait après la création de la rue.

 

Et enfin un ensemble de maisons très photogéniques, qui attire nombre de photographes et d’amoureux de l’Art nouveau :

Nancy, Rue Félix Faure, Art nouveau
Nancy, Rue Félix Faure, Art nouveau
Nancy, Rue Félix Faure, Art nouveau
Nancy, Rue Félix Faure, Art nouveau
Nancy, Rue Félix Faure, Art nouveau
Nancy, Rue Félix Faure, Art nouveau

La rue compte bien plus de jolies maisons que ça, mais je vous laisse aller les admirer par vous-mêmes 😉 Quelques échantillons en attendant :

Nancy, Rue Félix Faure, Art nouveau
Nancy, Rue Félix Faure, Art nouveau
Nancy, Rue Félix Faure, Art nouveau
Nancy, Rue Félix Faure, Art nouveau

J’ai trouvé certaines portes très mignonnes : toutes petites, toutes étroites ! Les déménagements ne doivent pas être simples ^^

Nancy, Rue Félix Faure, Art nouveau
Nancy, Rue Félix Faure, Art nouveau
Nancy, Rue Félix Faure, Art nouveau
Nancy, Rue Félix Faure, Art nouveau

Bref, une rue très intéressante, qui mérite d’y passer un peu de temps à pieds !

 

Nancy, outfit, Lidl
Nancy, Rue Félix Faure, Art nouveau, Art déco
Nancy, outfit, Lidl

J’anticipe les questions :

  • Je porte une robe Lidl, que j’ai piochée dans les collections enfant !! Je l’avais prise pour ma fille, qui avait bien aimé le motif, mais après l’avoir essayée elle n’en voulait plus ! J’aurais pu la rapporter au magasin, mais comme nous faisons la même taille… je l’ai gardée pour moi ^^
  • Le sac vient de chez Jennyfer (soldes de janvier dernier).
  • Et mes nu-pieds : aucune idée, je les ai depuis longtemps ! Je les aime bien parce qu’ils sont très peu couvrants (c’est le principe du nu-pieds, en fait, lol !).

Pour les photos de moi, merci à Anne-Ségolène, photographe amateur et amie d’enfance, que j’avais emmenée avec moi parce que je voulais pouvoir ajouter à l’article des photos de moi « en action » 😉 Pour admirer son talent, c’est par ici : De bric et de broc.

 

Le complexe thermal

Les bâtiments des différentes piscines thermales ne sont ni art nouveau, ni art déco, mais le complexe ayant donné son nom au quartier, il était logique d’aborder le sujet.

On voit ici l’ancienne entrée de la piscine actuelle (un bassin olympique, donc de 50 m, d’eau thermale, qu’on est obligée de faire refroidir pour qu’elle soit à environ 30°C, c’est pas banal !!).

Nancy, Nancy Thermal
Nancy, Nancy Thermal

Cette entrée passe maintenant complètement inaperçu, malheureusement. Mais on voit encore au sol des vestiges de la grande mosaïque qui accueillait les baigneurs.

Nancy, Nancy Thermal
Nancy, Nancy Thermal

Comme vous pouvez le voir, la zone est mal entretenue à certains endroits, et peu mise en valeur (d’où le peu de photos que j’ai à vous montrer), mais ça n’a pas toujours été le cas. En effet, au début du XXe siècle, on a découvert et fait jaillir ici de l’eau à 36°C ! En 1909, cette source fut l’une des attractions les plus courues de l’Exposition internationale de l’Est de la France, installée sur l’emplacement du Parc Sainte-Marie actuel !! Tout un complexe se construisit autour, proposant des cures. En 1913, Nancy pouvait se vanter d’être la plus grande piscine d’eau thermale au monde.

Le Grand Nancy a pris conscience de la chance que nous avions d’avoir ce complexe accueillant de l’eau thermale, et est sur le point de commencer des travaux en vue d’un grand projet, que je vous laisse découvrir dans cet article : Grand Nancy Thermal. Il était temps, j’ai vraiment hâte de voir prendre forme tout ça !

 

Les jardins du Musée de l’Ecole de Nancy

La visite du quartier se finit dans les jardins du Musée de l’Ecole de Nancy. Je ne l’avais jamais visité (contrairement au musée lui-même), et c’est bien dommage ! Il est vraiment charmant et accueille deux monuments, petits par leur taille, mais particulièrement caractéristiques !

Le mausolée : le guide a expliqué les circonstances de la création de ce mausolée, mais j’avoue avoir un peu perdu le fil ! Il n’en reste pas moins splendide, ultra travaillé. On dirait une tombe d’elfe, vous ne trouvez pas ? <3

Nancy, Musée Ecole de Nancy, jardin, mausolée
Nancy, Musée Ecole de Nancy, jardin, mausolée
Nancy, Musée Ecole de Nancy, jardin, mausolée

 

Le pavillon-aquarium : il a été commandé par le propriétaire de la maison, Eugène Corbin. Il avait une fonction de contemplation, une sorte de refuge méditatif. Le rez-de-chaussée et le sous-sol étaient pourvu d’aquariums, et la terrasse couverte du toit permettait d’admirer le jardin.

Nancy, pavillon-aquarium, Art nouveau
Nancy, pavillon-aquarium, Art nouveau

 

Rencontre fascinante : celle de la berce du Caucase, que le guide nous a bien gardé de toucher, car elle provoque de violentes irritations, voire des brûlures, lorsqu’il fait jour !! Pourquoi alors est-elle aussi intéressante ? Elle est emblématique de l’Art nouveau (souvenez-vous, je vous parlais des ombellifères dans la partie « exposition » de l’article ! Hé oui, c’est d’elle dont je parlais !

Berce du Caucase
Berce du Caucase
Berce du Caucase
Berce du Caucase

 

Enfin, le jardin abrite l’ancienne porte des ateliers Gallé, qui avait failli être perdue.

 

Et sinon, histoire de ressentir la paix ambiante, encore quelques photos :

Nancy, jardin, Musée Ecole de Nancy
Nancy, jardin, Musée Ecole de Nancy
Nancy, jardin, Musée Ecole de Nancy
Nancy, jardin, Musée Ecole de Nancy, Louis Majorelle
Nancy, jardin, Musée Ecole de Nancy
Nancy, jardin, Musée Ecole de Nancy
Nancy, jardin, Musée Ecole de Nancy
Nancy, jardin, Musée Ecole de Nancy
Nancy, jardin, Musée Ecole de Nancy
Nancy, jardin, Musée Ecole de Nancy
Nancy, jardin, Musée Ecole de Nancy
Nancy, jardin, Musée Ecole de Nancy

Voilà, j’espère que la visite vous a plu ! Le but n’était pas de raconter mot pour mot ce que j’ai entendu, mais de vous donner envie d’aller faire un tour, à l’expo comme à Nancy Thermal, pour voir ces merveilles de vos propres yeux ! Dites-moi si ça a marché ^^

 


En ce qui concerne l’exposition Art & Industrie, comme je disais en haut, elle est en place jusqu’au 3 septembre.

La visite du Quartier Nancy Thermal est proposée samedi 27 octobre à 10h30 : notez cette date dans vos agendas pour ne pas oublier, et pour vous faire penser à réserver votre place (10 € la visite) auprès de l’Office du Tourisme quelques semaines avant ! Avant d’assister à la visite, je trouvais 10 € assez cher pour « juste une balade dans les rues », mais après l’avoir fait, je trouve que ça les vaut. Le guide avait vraiment bien pensé sa visite, et montrait des gravures et autres documents pour comparer le quartier avant/après. Tout ce travail de préparation vaut bien ces 10 €.

En attendant le mois d’octobre, vous pouvez vous faire plaisir avec d’autres visites :

  • Art Nouveau (qui sont plus réservées au printemps ou à l’automne, mais vous avez quelques dates en été) ;
  • ou visites de la ville en général (jetez un œil au menu à gauche, plein de visites thématiques ou apéro sont prévues, pas mal d’idées sympas !).

 

Vous avez aimé l'article ? Partagez-le avec vos amis !

6 Comments

  • Blan

    Petite précision : si l’exposition est présentée au musée des beaux-arts, toute la conception (choix du thème, des oeuvres etc…) est due au musée de l’Ecole de Nancy !

  • Pillon

    Bonjour.
    J’ai lu avec attention votre récit qui est très agréable. On ressent votre passion pour ces visites très bien documentées d’un quartier de Nancy oh combien prestigieux quant à l’Art Nouveau. Je suis moi tombée dedans il y a 42 ans en arrivant à Nancy pour suivre un BTS au lycée Chopin. En découvrant l’Aquarium du musée de l’École j’ai eu un coup de coeur pour l’Art Nouveau et me suis dit qu’un jour j’habiterais dans ce quartier magique.
    J’ai vécu 23 ans au 24 rue Félix Faure, une des 3 maisons César Pain avec une fresque florale et j’ai adoré ce quartier.
    Pour votre information voici les explications sur le superbe monument funéraire du musée de l’École, un émouvant hommage de Jules Nathan à son épouse trop tôt disparue.
    J’espère que votre témoignage passionné déclenchera des envies de visites du quartier Nancy Thermal. Merci encore d’en avoir si bien fait l’éloge.

    Le monument funéraire l’œuvre de l’architecte Xavier Girard et du sculpteur parisien Pierre Roche (1855-1922). C’est en souvenir de sa jeune femme Georgette Vierling, morte le 21 mai 1899, que Jules Nathan, critique d’art originaire de Nancy, fit construire cette sépulture, ornée de vitraux à décor floral d’Henri Carot et surmontée d’un lys en grès émaillé d’Alexandre Bigot (1862-1927). C’est l’un des premiers exemples d’architecture funéraire Art nouveau à Nancy.

    • Alexandrine

      Oh, je suis très touchée par votre commentaire ! Je suis ravie de savoir que j’ai réussi à transmettre ma passion pour Nancy, au travers de ce quartier magique !

      Merci infiniment aussi pour ces renseignements sur le monument funéraire ! J’avais essayé de faire des recherches sur Internet, n’ayant pas le temps d’aller au delà, et je n’avais pas trouvé.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial