Flâner

Flâneries à Nancy Ville Vieille

J’avais aujourd’hui envie de partager avec vous mon amour inconditionnel pour ma ville : NANCY. J’y suis née, j’y ai toujours vécu, je
suis totalement amoureuse de son histoire, de sa richesse culturelle, de l’esprit artiste et libre qui y règne. C’est le premier article que je publie sur le blog à ce sujet, bien que j’y pense depuis sa création en août dernier, parce que perfectionniste comme je suis, je voulais les bonnes photos, les bonnes vibrations, et que pour ça il faut prendre le temps, et… avoir une météo au moins correcte, ce qui n’est pas ici chose facile, surtout ces derniers mois !!!

J’ai une affection particulière pour la partie « Ville Vieille » de Nancy, parce que c’est la partie la plus riche historiquement, et la plus ancienne. Celle qui procure le plus d’émotions à mon petit cœur d’historienne ^^ Pourtant, Nancy REGORGE littéralement de trésors un peu partout, et même dans les communes et campagnes avoisinantes, mais cette toute petite zone de 17 hectares est le cœur, physique et affectif, de la ville.

Pour partager avec vous ces émotions, je vais vous dévoiler les photos que j’ai réalisées lors d’une balade en famille début mars dans ce petit écrin d’architecture. Vous pourrez constater que le temps n’était pas exceptionnel, mais j’ai quand même réussi à obtenir des clichés assez sympas. Encore une fois, mon chéri n’a pas eu trois enfants à gérer, mais quatre (quand je suis armée de mon appareil photo, je suis insupportable ^^ ).

Nous avons commencé notre promenade rue du Haut Bourgeois (même les noms des rues sont très évocateurs de l’époque !) devant l’hôtel Ferrari, puisque c’est là que nous nous sommes garés ! Devenu le Centre de Documentation du Patrimoine, cet hôtel particulier ne figure pas parmi les plus anciens ; il date du XVIIIe siècle. A l’intérieur de la cour subsistent quelques éléments qui rappellent cette époque : la fontaine et la statue centrale, les portes des écuries, qui sont maintenant des garages, etc. Et surtout l’on aperçoit à l’intérieur l’escalier, qui rappelle les dorures de la Place Stanislas. Nous ne sommes pas allés plus avant, mais les plafonds de cet escalier, peints en trompe-l’œil, sont parait-il époustouflants !! Cela nous donnera l’occasion de revenir faire un tour ! * Hop, dans ma liste des futurs monuments à (re)visiter *

Cliquez sur les photos pour les voir en plus grand 😉

Hôtel Ferrari Nancy
Hôtel Ferrari Nancy escalier
Hôtel Ferrari Nancy Fontaine
Hôtel Ferrari Nancy
Hôtel Ferrari Nancy
Hôtel Ferrari Nancy
Hôtel Ferrari Nancy escalier

Je ne sais pas pourquoi, je suis toujours fascinée par les vieilles portes d’écuries. Vous verrez par la suite, ce ne sont pas les seules qui ont croisé notre route ce jour-là. Je trouve ça tellement émouvant ! Je trouve que c’est encore plus facile de faire ressurgir des images du passé devant nos yeux, l’effort d’imagination est moins important !

 

Ensuite, au bout de la rue, nous sommes arrivés à la Porte de la Craffe. Après la Tour de la Commanderie, XIe siècle, qui n’est pas située en Vieille Ville, c’est le plus vieux monument de Nancy. Il s’agit en fait du seul et unique vestige des remparts de la ville, construits au XIVe siècle. Un magnifique monument !

Elle n’a pas l’air, comme ça, mais elle mesure 20 à 30 m de profondeur (je ne suis pas douée pour estimer les distances et je n’ai pas trouvé l’information ^^). Ce n’était pas juste une porte/portail, mais une mini forteresse équipée d’une herse !! Un jour j’aimerais bien visiter les étages, qui devait accueillir des salles d’armes ou quelque chose de ce genre. *Hop, sur ma liste*

Devant la Porte de la Craffe, nous sommes tombés sur une plaque qui indiquait le plan de la ville, ainsi que les principaux monuments qu’elle contient.

Ce que vous voyez là n’est pas Nancy telle quelle est aujourd’hui, ou en tout cas ce n’est qu’une toute petite zone. La petite zone en haut est la Vieille Ville (17 hectares donc), le sujet principal de cet article ; la Porte de la Craffe est au numéro 2. Au niveau de la Place Carrière (n°8), ce quartier donne sur ce qu’on appelle la Ville Neuve (44 hectares), qui est sortie de terre lors de la Renaissance. Hé oui, comme ça ! La haute société de l’époque a trouvé qu’ils commençaient à être un peu à l’étroit dans ces remparts, alors ni une ni deux, au lieu de construire des maisons petit à petit tout autour en vrac, au fur et à mesure, comme dans 99 % dans des villes d’Europe à l’époque, ils ont recréé une ville toute droite et toute ordonnée, à côté de l’ancienne !!!! Heureusement pour nous, celle-ci n’est pas pour autant tombée en ruines. Elle a juste eu un peu moins la cote pendant quelques temps ^^

Nous avons décidé de suivre ce parcours, aidés de Google Map sur le téléphone pour se repérer ! Nous étions donc au n°2 (nous avons zappé le n°1, la Porte de la Citadelle : *hop, sur la liste* !).

 

Nous sommes donc partis à la recherche du numéro 3, en longeant la Grande Rue, autour de laquelle s’articule tout le quartier. Dans cette rue, il est plus que nécessaire de lever le nez !! Chaque maison a son petit détail qui rappelle son époque. Ce qui m’intrigue particulièrement à chaque fois que je passe devant, ce sont les maisons très étroites !! Je me demande comment elles sont agencées à l’intérieur, j’adorerais en visiter une un de ces jours !!

Nancy Vieille Ville Grande Rue
Nancy Vieille Ville Grande Rue
Nancy Vieille Ville Grande Rue
Nancy Vieille Ville Grande Rue
Nancy Vieille Ville Grande Rue

 

Au numéro 3 des plaques au sol, nous trouvons le Palais Ducal lui-même, qui date du tout début de la Renaissance. C’est un véritable bijou… Il est assez compliqué de prendre des photos de son ensemble, car il est grand, et vraiment imbriqué dans l’urbanisation tout autour ! Mais ces quelques photos vous donneront une idée de son style flamboyant !

Nancy Palais ducal
Nancy Palais ducal
Nancy Palais ducal
Nancy Palais ducal

L’intérieur, qui abrite le Musée Lorrain, est fermé pour 5 ans, pour travaux et rénovations.  J’ai assisté aux dernières animations qui y ont eu lieu ce week-end ; je vous en prépare un article qui sortira dans les prochaines semaines, pour vous présenter plus de photos, de l’extérieur mais aussi de l’intérieur, et surtout le projet de rénovation, très très ambitieux. J’ai vraiment hâte que ça soit fini… C’est long 5 ans…

 

Les numéros 4 et 5 attirent l’attention du visiteur sur des hôtels particuliers de familles nobles. Je n’ai pas trouvé spécialement pertinent de spécifier telle ou telle demeure. Elles sont toutes tellement chargées d’histoire et d’anecdotes ! Le mieux est encore de parcourir ces ruelles en flânant, et de lire les panneaux qui les racontent au fur et à mesure.

Après la Rue du Haut Bourgeois, voici celle du Petit Bourgeois 😉

 

J’ai spécialement photographié l’ancien arsenal ( = dépôt d’armes et de munition) des ducs de Lorraine, XVIe siècle, qui abrite maintenant l’école Saint-Jean-Baptiste de la Salle. Les gamins qui y passent leur scolarité peuvent dire « mon école, elle a des gargouilles ! » Je trouve ça vraiment super classe !!!! ^^

Nancy Ancien Arsenal
Nancy Ancien Arsenal

 

L’hôtel des Loups, quant à lui, est plus récent (XVIIe siècle).

Nancy Hôtel des Loups
Nancy Hôtel des Loups
Nancy Hôtel des Loups
Nancy Hôtel des Loups

 

Nous sommes ensuite partis à la recherche du point numéro 6 : il s’agissait de la basilique Saint-Epvre (on ne prononce pas le « p »). Cette superbe église a été bâtie au XIXe siècle dans un style néogothique très réussi, mais cette paroisse est en fait la plus ancienne de Nancy.

Nancy Basilique Saint-Epvre
Nancy Basilique Saint-Epvre
Nancy Basilique Saint-Epvre
Nancy Basilique Saint-Epvre
Nancy Basilique Saint-Epvre pavés
Nancy Basilique Saint-Epvre ange

La place qui la jouxte est originalement nommée… Place Saint-Epvre ^^ C’est l’emplacement de la toute première place du marché de la ville (hameau datant de la fin du IXe siècle, puis cité féodale au XIe siècle) ; elle était surmontée de halles médiévales, qui n’existent plus maintenant. Là aussi, belle émotion d’historienne…

Une partie de la place a été transformée en rond point, dominé par cette statue du Duc René II de Lorraine (un des plus connus, grâce à sa victoire contre le duc de Bourgogne Charles le Téméraire !).

Nancy Place Sainte-Epvre René II
Nancy Place Sainte-Epvre René II

Nous n’avons pas fait le tour entier. Il me reste une petite zone à redécouvrir et à photographier, celle qui se cache derrière la place. Je sais qu’on y trouve aussi de très beaux hôtels particuliers. * Hop, sur la liste !*

 

Depuis la Place Saint-Epvre, nous nous sommes dirigés vers la Ville Neuve.

On peut y accéder par la Place Carrière. Cette place est la première extension de la Vieille Ville, dont elle fait encore partie, vers la Ville Neuve ; c’est l’articulation, le trait d’union entre les deux, en quelque sorte. Ici se déroulaient tournoi, joutes, et autres jeux de l’époque ; de chaque côté, les nobles de la Cour de Lorraine ont construits leurs nouveaux hôtels.

Nancy Palais du Gouverneur Place Carrière
Nancy Place Carrière
Nancy Place Carrière Cupidon
Nancy Place Carrière Arc Héré
Nancy Arc héré Place Stanislas

Le Palais du Gouverneur (1ère photo) a été commandé par le Duc Stanislas au XVIIIe siècle, aux mêmes architectes qui ont réalisé la Place Stanislas (nommée Place royale à l’époque). Son architecture est beaucoup plus classique, presque sobre, car ce palais était celui de l’Intendant de Lorraine, c’est-à-dire son administrateur ; le message était clair : il n’était pas là pour s’amuser ^^

Lorsqu’on longe la Place Carrière, on débouche tout naturellement sur l’Arc Héré et donc… la Place Stanislas !

 

L’autre option est de rester sur la Grande Rue, dont le prolongement est parallèle à la Place Carrière ; là, plongée garantie dans l’ambiance de l’époque !!

Nancy Grande Rue porte
Nancy Grande Rue
Nancy Grande Rue
Nancy Grande Rue
Nancy Rue du Maure qui trompe
Nancy Grande Rue 1477
Nancy Grande Rue
Nancy Rue du Maure qui trompe
Nancy Grande Rue
Nancy Grande Rue

Un endroit en particulier est totalement emblématique de Nancy et de son histoire, bien qu’il ne soit pas très connu. Il s’agit, dans les photos au-dessus, du pavage « 1477 ». Il est situé devant la maison dans laquelle a été déposée la dépouille du duc de Bourgogne Charles le Téméraire.

 

Mais que fichait-il ici, me direz-vous ? Il nous envahissait cet idiot. Fallait pas jouer, Monsieur ! Vous ne connaissez donc pas notre devise ? « Qui s’y frotte s’y pique« , comme le chardon qui est notre emblème. Non parce qu’on est des gens plutôt sympas en Lorraine ! A défaut d’avoir du soleil dans notre ciel, on l’a dans notre cœur <3 Mais… faut pas trop nous chercher, quand même 😉

Du coup, il s’est fait saigner, M’sieur le Duc. Ce qui n’était pas coutumier à l’époque. En général, on faisait les nobles prisonniers, et on leur rendait la liberté contre rançon (pas fous ^^) ; sauf que là, selon la légende, dans sa fuite (puisqu’il était en train de perdre contre nous), il s’est retrouvé nez à nez avec un brave soldat lorrain qui gardait un pont. On avait dit à ce soldat : « Si quelqu’un passe, tu le dézingues ! » Ben lui, faut le comprendre, il fait ce qu’on lui dit ! Le truc ballot, c’est qu’il était complètement sourd… Le Duc a eu beaucoup hurler « Sauve Bourgogne ! Sauve Bourgogne ! », ce qui était la façon de signaler qu’il ne fallait pas le tuer puisqu’il était le Duc de Bourgogne, l’autre n’a rien entendu. Et bim le Duc de Bourgogne.

Son corps a fini par être retrouvé sur le champ de bataille, et il a donc été déposé dans cette maison, en attendant d’être rendu à sa famille et à son duché, avec honneurs et sans rançon (on est comme ça, nous ^^).

 

Cette longue et pittoresque rue finit par déboucher sur la petite place Jacques Callot, où trône une très belle fontaine surmontée d’une statue à l’effigie du même Jacques Callot !

 

Jacques Callot était un illustrateur du XVIIe siècle. Il est particulièrement connu pour avoir illustré sous forme de gravures les horreurs de la Guerre de Trente Ans, qui a sévi en Lorraine à cette époque (oui, environ toute l’Europe s’est donné rendez-vous ICI pour se taper dessus tous ensemble… sympas les gars, fallait pas !).

 

C’est ici qu’on rejoint l’Arc Héré cité plus haut, et la Place Stanislas. Elle ne fait plus partie de la Vieille Ville, mais il m’est impossible de ne pas vous partager quelques photos ! Je ne rentrerai pas dans les détails de son histoire, de sa réalisation, etc. Juste pour le plaisir des yeux !

Nancy Place Stanislas
Nancy Place Stanislas Fontaine de Neptune
Nancy Place Stanislas Fontaine de Neptune
Nancy Place Stanislas étoile trésor
Nancy Place Stanislas étoile trésor
Nancy Place Stanislas Arc Héré
Nancy Place Stanislas Fontaine de Neptune
Nancy Place Stanislas
Nancy Place Stanislas Fontaine de Neptune
Nancy Place Stanislas Fontaine de Neptune

 

En quittant la Place Stanislas pour retourner vers la Ville Vieille, nous sommes passés sous la fontaine d’Amphitrite, côté Pépinière donc, où j’ai lu (oui, pour la première fois, c’est assez pathétique) le panneau situé à côté de l’entrée piéton du parking Vaudémont.

Nancy Place Stanislas Fontaine d'Amphitrite
Nancy Rempart Parking Vaudémont

J’ai donc découvert que ce parking est en fait le dernier reste des remparts du XVIIe siècle (qui étaient la rénovation et le renforcement de ceux du XIVe) !! J’avais toujours été intriguée par la forme alambiquée du parking. Je trouvais que ses concepteurs s’étaient drôlement compliqué la vie… Je comprends mieux maintenant : il a en fait les contours triangulaires d’un bastion (vous savez sur la photo de la plaque avec le plan de Nancy, tous les contours triangulaires !).

 

En repassant par la Place Carrière pour rejoindre la voiture, nous avons emprunté la rue des Ecuries, que j’ai découverte l’année dernière seulement (oui ça aussi c’est pathétique) grâce à Sarah, du blog Soulier Vert. Comme je vous racontais plus haut, écurie = émotion, pour moi. Et vous allez voir sur les photos que cette rue, en plus de son charme fou et atypique, est aussi une jolie plongée dans l’époque des chevaux et des carrioles !

La trouver n’est pas si facile : son entrée ressemble à un porche de garage, et sa sortie à une propriété privée !

Comme vous pouvez le voir, elle possède deux particularités :

> ses écuries qui sont maintenant des garages ; certaines sont restées quasi en l’état, le foin en moins, c’est assez génial !!

> ses passerelles, qui mènent chacune au jardin correspondant, de l’autre côté de la rue, au dessus des écuries !!

Nancy Rue des Ecuries
Nancy Rue des Ecuries
Nancy Rue des Ecuries
Nancy Rue des Ecuries
Nancy Rue des Ecuries
Nancy Rue des Ecuries
Nancy Rue des Ecuries
Nancy Rue des Ecuries

 

Du coup, tant que nous y étions à marcher, nous avons fait un petit crochet par la Pépinière (que je vous montrerai une prochaine fois), pour voir ces fameux jardins. N’est-ce pas trop mignon ?! Il s’agit ici d’une cours/balcon, mais certains sont couverts d’herbe, comme de vrais jardins !

Après cette dernière découverte pour les enfants, il était grand temps d’aller se poser au chaud à la maison ! Nous sommes donc retournés à la voiture, des étoiles plein les yeux.

Les enfants étaient heureux, et moi aussi, parce qu’à aucun moment ils ont râlé, ils étaient très demandeurs de toutes les petites anecdotes que je leur expliquais (tout ce que je vous ai raconté ici en fait). Quelle bonheur pour une maman historienne amoureuse du patrimoine de sa ville !!! <3

***

Ma prochaine envie, c’est de vous parler du marché bio de Vandoeuvre ! Je voulais y aller cette semaine, et vu le temps qu’on a eu, je n’ai pas eu le courage de sortir… Faire des photos sous une pluie battante, même si le marché est abrité, ça n’aurait pas vraiment eu d’intérêt… Avec un peu de chance je pourrai y aller vendredi ! J’aimerais vous raconter la diversité des produits qu’on peut y trouver, leur origine, etc.

A bientôt donc 😉

Alexandrine

5 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.