Conso éthique

Consommation et pollution : mes récentes prises de conscience

C’est un article pas tout à fait comme les autres que je vous propose aujourd’hui : je n’avais écris qu’un seul article sur ce sujet, mais il concernait uniquement l’alimentation : Premiers pas vers le « manger mieux »c’est un thème qui me tient extrêmement à cœur, parce qu’il touche à l’avenir de nos enfants, et il n’est pas impossible que je m’enflamme un peu, et que je me mette à écrire comme je parle, ce que j’évite de faire d’habitude ^^ ; il y aura moins de jolies photos, plutôt des liens vers des vidéos édifiantes et quelques comptes Instagram.

Comme je l’avais brièvement évoqué sur Facebook et Instagram, j’ai eu ces dernières semaines des prises de conscience concernant ma façon de consommer, et les conséquences sur l’état de notre lieu de vie, la Terre. J’étais pourtant déjà très axée écologie, mais en visionnant certains documentaires et vidéos sur YouTube, je suis passée à un stade supérieur. Je vous explique tout ça. Rassurez-vous, je ne me contente pas de pointer du doigt ce qui ne va pas, je vous apporte aussi mes solutions à vivre au quotidien.

 

Les claques

Le plastique

Le premier coup de pelle dans la tronche est venu du magazine d’enquêtes d’Elise Lucet, Cash Investigation, sur le plastique : Plastique, la grande intox. Je vous le mets ici, il est disponible gratuitement en intégral sur YouTube. Si vous ne l’avez pas encore vu, je vous encourage vraiment à prendre le temps (bon par contre je vous préviens, vous allez avoir envie de donner des baffes hein). C’est chez nous, c’est ici, c’est maintenant. Oui, ici en France, et partout dans le monde.

Comme je me doute que vous n’allez pas forcément pouvoir le regarder tout de suite, je vous propose un résumé juste en dessous, mais ça reste intéressant de voir les interviews et caméras cachées directement, pour voir à quel point les industriels et autres lobbies se fichent de nous. Parce qu’à écouter le résumé seul, on se dit « mais non, il en rajoute ». Non non, je vous assure que non, c’est bien ce qui s’est passé dans l’enquête…

 

Bref, je faisais déjà attention pourtant. Je fais le tri à la maison, j’essaye d’acheter mes légumes en vrac plutôt que sur-emballés, je n’achète plus de pailles, j’évite la vaisselle jetable… Mais j’ai quand même pris une grosse claque.

Que faire alors ?! Parce que c’est bien beau de dire qu’on est dans la m****… Comment agir ? Comment inciter les marques à arrêter de sur-emballer, particulièrement dans du plastique ? Je vous donne mes solutions plus bas. D’abord, continuons de bien nous enfoncer dans le glauque…

 

Les conditions de travail en Chine (et autres)

Là aussi, rien de si étonnant après tout. On sait tous que les conditions de travail des ouvriers, ouvrières et ENFANTS des pays émergents sont catastrophiques. Il y a eu des scandales d’effondrement d’usines, on sait que les multinationales occidentales, y compris françaises, imposent des rythmes de production monstrueux aux usines, cette pression étant bien sûr reportée sur les ouvrier/es extrêmement mal payés.

Mais là on est dans une toute autre catégorie : les camps de travail, dans lesquels sont internés (et utilisés) les opposants au régime chinois. Ces camps sont très nombreux, et bien sûr les conditions de travail et de vie y sont épouvantables. C’est le premier sujet de cette vidéo édifiante, ça ne dure que quelques minutes. Enjoy…….

 

Bref, accepter d’acheter chinois, c’est accepter ça. Moi je ne peux plus. J’ai passé un cap, comme on dit !

 

ALORS COMMENT EVITER CA ????

 

Les solutions

Il n’y a bien sûr pas de solution radicale. Tout ceci, pollution plastique et exploitation humaine, ne va pas disparaître d’un claquement de doigts… Mais nous avons un pouvoir : notre façon de consommer, d’acheter. On dit qu’acheter c’est voter. Je pense que c’est même encore plus que ça. Voter, c’est politique, ce sont nos dirigeants. Consommer, c’est économique : c’est toucher à tout ce qui concerne notre vie toute entière, sans passer par la case politique ! En achetant tel produit plutôt qu’un autre, vous dites aux industriels que vous ne voulez pas tel produit mais tel autre, et vous encouragez les producteurs (petits et grands) engagés à continuer leurs efforts.

Nous avons une certaine forme de chance à l’heure actuelle : d’autres personnes se sont réveillées avant nous. Il est de moins en moins difficile d’avoir accès à des produits éthiques à des prix raisonnables. Voici ce que j’ai trouvé.

 

Un mode de vie « zéro déchet »

Le zéro déchet absolu est à mon avis impossible. Mais vous serez surpris de savoir que des familles de 5 personnes ne produisent comme déchets qu’un bocal type bocal à cornichons par mois… et sans faire des trucs de fou ! Quelques pistes :

Bannir les emballages plastiques :

  • refuser les sacs plastiques (il est très facile d’emmener ses propres sacs/paniers maintenant),
  • acheter les fruits et légumes, mais aussi un maximum du reste, en vrac ; certains hypermarchés le pratiquent depuis quelques temps déjà, Lidl commence à s’y mettre ; mais vous avez aussi des magasins exclusivement tournés vers la vente en vrac, comme Element’R à Vandoeuvre (avec un parking gratuit !!!!). L’idéal est d’utiliser des petits sacs en tissu pour le transport (vous pouvez en acheter pour très peu cher dans ces magasins eux-mêmes, et les réutiliser pour les prochaines fois.
  • privilégier les emballages en verre (oui, ça casse, il faut faire attention), ou au moins le plastique durable (plus Tupperware qu’Ikea, vous voyez très bien de quoi je parle !!!). Récupérez les bocaux des produits achetés dans le commerce pour conserver riz, sucre, farine, fruits secs, graines, etc ! Vous pouvez même les customiser joliment ! En revanche, EVIDEMMENT, ne vous mettez pas à jetez le plastique que vous avez chez vous pour le remplacer par du verre : ce serait créer du déchet plastique !!
  • privilégier les cosmétiques non emballés (ça c’est ce qui me paraissait le plus compliqué, et en fait ça y est, j’y suis) : il suffit d’avoir les bonnes adresses, comme Les savons de Joya, ou même la boutique Un des sens à Nancy (qui propose également des ateliers pour apprendre à faire ses cosmétiques soi-même). Ca demande de changer quelques habitudes mais franchement c’est pas la mer à boire ! Je prévois un article sur le sujet d’ailleurs.

 

Faire le tri des déchets : en France, les éboueurs ramassent séparément ordures ménagères et déchets recyclables. Alors oui, je sais, dans certaines villes, c’est une grosse hypocrisie, parce que les déchets finissent tous mélangés et pas du tout traités ! La bonne réaction n’est pas de se dire « ça sert à rien alors j’arrête de le faire »… Parce qu’à ce moment-là, vous faites partie du problème. La bonne réaction est de continuer à faire le tri, d’aller à la mairie, de demander des comptes, de rassembler du monde, de manifester votre mécontentement et de faire bouger les choses. Si ça vous paraît difficile (c’est une question de tempérament, c’est sûr), trouvez quelqu’un qui saura prendre cette affaire à bras le corps.

 

Bannir le jetable : lingettes (que ce soit pour le ménage, les fesses de bébé ou le démaquillage), serviettes hygiéniques ou cup menstruelle, essuie-tout, mouchoirs (au quotidien en tout cas, et en cas de gros rhume / microbes plus problématiques, se tourner vers du jetable écologique), pailles en inox, vaisselles jetables (oui, même la trop mignonne pour les anniversaires des enfants : c’est si grave que ça d’utiliser de la vraie vaisselle, ou au pire investir dans de la vaisselle incassable réutilisable ?). Ce n’est pas si contraignant, loin de là !

Pour vous donner un exemple, j’avais des vieux T-shirts des enfants, trop tachés ou troués pour être donnés à Emmaüs. Je les ai déchirés le long des coutures pour fabriquer des chiffons, qui nous servent maintenant d’essuie-tout lavable. C’est plus agréable à utiliser, j’en ai suffisamment pour ne pas avoir à faire des lessives trop souvent (une lessive à 90°C toutes les deux semaines environ, avec les tapis de bain), et c’est tellement plus économique ! Et ça m’a pris 10 mn à faire, pour un sacré stock !

Pour cette catégorie particulièrement, je vous conseille le compte Instagram de So_topia : ses posts sont très intéressants, et au quotidien, ses stories toujours enjouées sont très inspirantes pour voir que c’est possible de vivre quasi sans déchet, et que ça n’est même pas pénible !

 

Acheter d’occasion : pendant longtemps, acheter d’occasion a été synonyme de pauvreté. C’est une erreur… Plusieurs intérêts, outre l’aspect économique : trouver de belles pièces de marques à petit prix. « Chiner » est même devenu tendance ! J’ai réalisé ça :

  • en suivant Clemlittleworld sur Instagram : récemment elle a commencé à poster des looks entièrement chinés sur son blog, et j’ai trouvé ça stylé et… génial, en fait !!
  • en découvrant Coline (oui je débarque, Coline est hyper connue, en plus elle vit en Lorraine, mais ça fait peu de temps que je la suis ^^ ) et ses hauls sur Youtube, où je me suis rendue compte que consommer mieux (et entre autres d’occasion) pouvait être en fait super hype 😉

Voici un exemple de ces looks : on est d’accord que c’est classe et funky, non ?! (Impossible de centrer ces publications Instagram intégrées, grrr !)

 

J’ai commencé à investir Emmaüs (je ne me doutais pas qu’on pouvait y trouver autant de trésors dans tous les domaines !!!), et l’année prochaine, on commencera les brocantes.

Alors c’est vrai, ça prend du temps, et puis tout simplement tout le monde n’aime pas chiner. A ce moment-là, si vous êtes prêts à mettre un peu le prix (à peu près celui du neuf, voire plus en cas de pièce rare), vous avez les brocanteurs, qui font le job pour vous (comme le magasin Glorieuses à Nancy).

Et pour chiner depuis chez vous, vous avez toujours l’application Vinted, qui vous permet de vendre et d’acheter de l’occasion à petit prix. Très pratique, et sécurisé par le site, tout comme le Bon Coin et Ebay.

 

Réparer : avec l’obsolescence programmée pratiquée par les constructeurs, c’est un peu compliqué, mais pas impossible. J’ai appris récemment qu’il existait des recycleries un peu partout, où on vous proposait de réparer votre électroménager pour pas très cher, plutôt que de les jeter et de racheter du neuf. La plupart du temps, ce ne sont que des faux contacts, et les rétablir ne vous coûte qu’une bouchée de pain, comme Julien Vidal vous l’explique ici. Il y a même des ateliers dans certaines MJC pour apprendre à le faire soi-même !
En ce qui concerne les vêtements, fixer des pièces de tissu au fer à repasser sur les genoux des pantalons des enfants, ou de jolis patchs brodés sur des taches (ou carrément broder soi-même), c’est sympa aussi.

Et d’ici peu existera le label Longtime, pour indiquer les produits durables dans de nombreux domaines !

 

Composter : on n’est pas directement dans le plastique, mais c’est une façon de réduire ses déchets, et de les transformer en quelque chose de positif ! Voici la liste des produits compostables et non-compostables. Si vous avez un jardin, c’est extrêmement simple. A Nancy, la Maison de l’habitat et du développement durable propose des composteurs à prix réduit (si vous n’êtes pas sur Nancy, un petit coup de fil à votre mairie vous renseignera). Si vous êtes en appartement, vous avez le lombricompostage, mais je ne suis pas prête à ça. Les vers sont MA plus grande phobie… Donc je cherche des initiatives de compostage partagé (au niveau local, ou même pourquoi pas dans mon voisinage). Je vous dirai le résultat de mes recherches en story !

 

Consommer un peu moins, mais surtout mieux !

Les achats seconde main et les réparations rentrent dans cette catégorie puisque en plus de limiter les déchets, ils vont vous permettre de limiter votre consommation économique.

Malgré tout on a parfois besoin d’acheter du neuf. Ou même envie tout simplement !! Le but n’est pas de vivre en ermite, il est impossible de vivre sans made in China du tout à moins d’avoir un sacré compte en banque, surtout au niveau des vêtements !!! J’ai fait un tour sur des boutiques en ligne made in France, c’est juste inenvisageable pour moi… L’idée est surtout d’arrêter de participer au système économique de la croissance à tout prix, du fric du fric du fric, de vouloir changer la totalité de sa garde-robe dès qu’une nouvelle tendance sort. Sachant qu’en plus la mode est un éternel recommencement : retour à la case « chiner de l’occasion » 😉

Donc on limite, mais on a le droit de se faire plaisir de temps à autre. Depuis un moment déjà, avant même d’avoir ces prises de conscience, je fonctionne au combo besoin / coup de cœur. « C’est pas mal » ou « c’est sympa » ? J’achète pas. En revanche, en cas de gros coup de cœur, et si j’ai besoin de ce vêtement, je craque (en témoigne ma très jolie veste Morgan à 50 % ^^ ).

Bien sûr, si vous vous lassez malgré tout, pensez à revendre, ou à donner à Emmaüs, plutôt que de jeter !

 

Dans de nombreux autres domaines (déco, jouets, papeterie, etc.), il existe maintenant une multitude de petits créateurs et producteurs français qui fabriquent des merveilles, qui seront toujours plus chères qu’un équivalent made in China bien sûr, mais qui restent vraiment raisonnables. Vous en avez une jolie sélection sur le site Doux Trésors (à gauche), et à Nancy vous avez la boutique le Cent 9 (à droite), qui ne vendent que du made in France.

Doux Trésors, made in France, créateurs français
Cent 9

Je cherche même de plus en plus des initiatives locales, comme la marque de thé lorraine Greenma, et la boutique les Lumières du temps à Nancy, qui ne vend que des bougies made in Lorraine. Enfin chez Mr. Simm’s à Nancy (et sans doute aussi à Metz), vous pouvez acheter des bonbons et autres gourmandises fabriqués en Lorraine (comme des pâtes à tartiner de fouuu) !!

 

 

 

Cet article est très loin d’être exhaustif de toutes les choses à faire. De toute façon, il ne sert à rien d’essayer de tout entreprendre d’un coup : c’est vite déprimant, parce que trop difficile, alors on baisse les bras. Il faut choisir des petites actions simples, une par une, ou deux par deux, en prendre l’habitude, puis passer aux suivantes. Et honnêtement, on se prend très vite au jeu. Les prises de conscience m’ont donné le coup de pied aux fesses dont j’avais besoin pour me lancer, mais maintenant que j’y suis c’est plus fun qu’autre chose !

Si vous avez envie que j’approfondisse certains éléments de cet article, n’hésitez pas à me le dire en commentaire !

Dites-moi ce que vous avez pensé de ces vidéos et de l’article en général. Je suis la seule à être choquée par tout ça et à vouloir agir ?

Alexandrine

 

Restons en contact !

Pour garder un œil sur mes actualités et projets, laissez-moi votre mail !

 

* champs requis

 


 


 


 


Je souhaite recevoir :


Vous avez aimé l'article ? Partagez-le avec vos amis !

4 Comments

  • So_topia

    Bravo pour ce déclic, ta démarche et cet article vraiment intéressant ! Qu’il inspirera des personnes, tout du moins qu’il leur permettra de se poser des questions! Encore bravo! Et merci infiniment pour ces jolis compliments, ca me touche beaucoup ! C’est adorable !

  • Aurore

    Un chouette article pour faire le plein d’idées ! J’irai à l’occasion découvrir les boutiques sur Nancy que je ne connais pas encore 🙂
    Pour les vêtements d’occasion, il y a aussi Percentil , une entreprise familiale que je trouve vraiment bien !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial