FAQ

On me pose régulièrement des questions sur la façon dont j’essaye de vivre de mon blog, j’avais donc envie de publier ces questions (et mes réponses) ici, afin d’être complètement transparente avec tous mes lecteurs (et les éventuelles marques qui passeraient par ici).

 

Comment gagner sa vie avec son blog ?

Il y a différentes façons de gagner sa vie avec un blog : liens affiliés, publicités, et la sponsorisation. Je refuse catégoriquement que des publicités viennent polluer votre plaisir de navigation ici, et je ne me suis pas encore tournée vers les liens affiliés, tout simplement parce que je n’en ai pas encore eu l’occasion.

C’est donc la sponsorisation sur laquelle je travaille pour le moment. C’est une façon de gagner de l’argent qui valorise le mieux mes talents de rédactrice et photographe. Car préparer un article pendant du temps, beaucoup de temps. Pour vous donner un ordre d’idée, lorsque je visite un lieu (musée, parc de loisir, quartier, etc.), 1h de visite = environ 2h30 de travail en plus de la visite. Je vous laisse calculer le temps que je vais mettre à préparer un article après une journée de visite entière…

Dans un job de salarié, la question de payer le temps de travail ne se pose même pas : on arrive au boulot à telle heure, on repart à telle heure, on sera toujours payés pour ce temps de travail. Pourquoi le temps de travail d’une blogueuse ne devrait pas être rémunéré, qu’elle ait un travail à côté ou non ?
Certaines marques ont même comme principe de ne pas payer les blogueuses qui travaillent pour elles. Elles doivent se contenter des produits qu’on leur aura offerts afin d’être testés (ou des entrées gratuites s’il s’agit d’un lieu), et à la rigueur du partage de l’article qu’elle aura préparé. Pensez-vous qu’une blogueuse paye ses factures et nourrit ses enfants avec des produits offerts et des abonnés en plus ? Lorsque l’on connait les tarifs d’une page de publicité dans un magazine ou dans un journal, ou même d’une publicité sur l’espace public, il est profondément injuste que le travail des blogueuses ne soit pas rémunéré, quel que soit leur nombre d’abonnés.

 

Combien payer les blogueuses alors ?

Comme il s’agit d’un métier freelance (à la mission), c’est à chaque blogueuse :

  • de déterminer son taux horaire, en y ajoutant les charges qu’elle va devoir payer (hé oui, nous sommes autoentrepreneures, nous sommes déclarées et payons des charges et des impôts) et des éventuels frais annexes (essence, etc) ;
  • d’estimer le temps qu’elle va devoir consacrer à la préparation de cet article.

Au delà du temps de travail, il va forcément y avoir une différence de commission en fonction de la taille de la communauté des blogueuses (= abonnés à ses réseaux sociaux, inscrits à sa newsletter, statistiques de fréquentation du blog), car une communauté prend du temps à développer : des mois, voire des années (ce qui est, en fait, du temps de travail là aussi, quand on y pense !). Une blogueuse qui a 10 ans de métier et 300 000 abonnés va forcément pouvoir prétendre à plus qu’une blogueuse d’1 an et 1000 abonnés.

 

Un article sponsorisé est-il parfaitement honnête ?

Cette question revient assez souvent. Lorsqu’une blogueuse est payée pour écrire un article, les lecteurs s’imaginent parfois qu’elle n’a pas la possibilité de dire ce qu’elle pense. En fait, ça va dépendre du niveau d’exigence de la blogueuse : certaines d’entre nous (et j’en fais partie) intègrent la liberté de leurs mots et de leurs avis dans le contrat signé par elle et par la marque. Pas de liberté, pas d’article, c’est aussi simple que ça.

Si une marque vient vers nous parce qu’elle apprécie notre travail, alors elle nous fera confiance. Sinon, c’est qu’elle ne s’intéresse pas à notre travail mais uniquement à notre communauté… et là, c’est non. Sacrifier ma conscience professionnelle en vendant ma communauté au plus offrant, c’est juste inenvisageable.

Ca ne m’est pas encore arrivé, mais si jamais j’ai un avis exclusivement négatif, cela constituera rupture de contrat : je n’écrirai pas l’article et la marque ne me devra rien. Ce n’est pas un manque d’honnêteté, mais un choix personnel : je suis une personne extrêmement positive dans la vie, et je n’ai pas le temps pour la négativité. Éventuellement, je pourrai proposer des solutions d’amélioration à la marque, et l’inviter à me recontacter quand ces solutions auront été mises en place, afin que je reteste le produit / le lieu. En fait, je cherche toujours à tirer quelque chose de constructif de ce qui peut mal se passer.
D’ailleurs, en cas d’avis mitigé, j’écrirai mon article sans cacher le négatif, mais en le tempérant (tel produit s’adresse peut-être plutôt à telles catégories de personnes, à certaines conditions, etc.). Encore une fois, le but est d’être constructif : ne pas tromper mes lecteurs, mais ne pas pourrir la marque (derrière laquelle il y a des personnes qui font peut-être de leur mieux).

Bien sûr, comme partout ailleurs, il existe des blogueuses qui acceptent tout type de contrat, sans ligne éditoriale claire, tant qu’il y a de l’argent au bout. C’est à vous de voir en qui vous placez votre confiance. Si vous suivez une blogueuse depuis des mois, qu’elle vous semble s’épanouir dans son propre univers, et que ses avis vous ont toujours convenu, il n’y a pas de raison que ça change. Si vous parcourez le blog d’une personne qui vous semble être un catalogue de produits qui n’ont pas grand chose à voir les uns avec les autres, peut-être faut-il se poser des questions (et encore, ça ne sera pas forcément de la malhonnêteté, mais tout simplement une difficulté à se structurer et à définir son propre univers).

 

Arrives-tu à gagner ta vie ?

Comme il est primordial pour moi d’être parfaitement transparente avec vous, je vous réponds honnêtement : non. Pour plusieurs raisons :

  • cela ne fait que 7 mois que j’ai pris la décision de me professionnaliser : j’ai donc dû changer la structure du blog, visuellement et techniquement (référencement Google, https, RGPD, extensions WordPress, etc), essayer de me faire connaître localement et développer ma communauté. Tout ceci prend du temps et c’est bien normal.
  • je me heurte, comme je vous l’ai dit plus haut, à cette curieuse habitude qu’ont les marques de ne pas payer les blogueuses : en plus de construire mon activité, je me bats pour changer les mentalités, et ça concerne autant les marques elles-mêmes que les blogueuses qui doivent prendre conscience que ce n’est pas parce qu’elles adorent bloguer qu’elles ne doivent pas se faire payer pour ça quand on vient les chercher pour un article.

 

Si vous avez d’autres questions concernant ma façon de travailler, n’hésitez pas à me les poser, soit en commentaire soit en privé via le formulaire de contact (lien « me contacter »), je les ajouterai ici au fur et à mesure 🙂

Alexandrine
Social media & sharing icons powered by UltimatelySocial