DIY

Mon évolution en project life

Mon objectif ici n’est pas de vous montrer cinquante photos qui se ressemblent toutes plus ou moins. L’intérêt du project life, c’est de la chronique quotidienne. Présentée de façon artistique certes, mais regarder à la suite tout un album peut vite devenir ennuyeux si on n’est pas concerné par les photos !

En revanche, pour conserver des souvenirs des petits moments heureux (ou malheureux) du quotidien, c’est exceptionnel !! Pour prendre ces photos, j’ai feuilleté mes trois albums, et me suis souvenue de plein de petits moments oubliés, c’est très émouvant !

Théoriquement, il y a des règles assez strictes, que j’avais commencées à suivre pour mon premier album, en 2015.

> On utilise des pochettes transparentes, aux dimensions prédéfinies, et des cartes de journaling, aux mêmes dimensions. Le but : la facilité et la rapidité.

> Un album = une année. Une page = une semaine. L’album contient donc 52 pages (logique ^^ ).

> Chaque semaine, une carte introduit le numéro de semaine et/ou les dates.

 

2015

La grande mode à ce moment-là étaient les coins arrondis. J’utilisais pour cela les cartes project life de Studio Calico (j’étais abonnée à leur kit), et j’arrondissais les coins de mes photos (et de certaines cartes réalisées moi-même) avec une perforatrice spéciale. J’utilisais des pages à pochettes de format 30×30 (cm, soit 12×12 pouces).

Je n’étais pas très fixée niveau style. Certaines pages étaient ultra colorées, d’autres plus sobres. J’essayais de me baser sur les couleurs des photos, tout simplement.

Scrapbooking Project life (2)
Scrapbooking Project life (1)
Scrapbooking Project life (4)

2016

Exit les coins arrondis, qui me faisaient perdre pas mal de temps, d’autant que j’aimais de plus en plus un esthétisme plus sobre et graphique (quitte à imprimer mes photos en noir et blanc pour ne pas multiplier les couleurs). Je me suis affranchie des règles, préférant une chronique de mes aventures plus libre. Certaines semaines étaient plutôt calmes, d’autres nécessitaient davantage qu’une page pour être racontées !

J’ai commencé aussi à entremêler, et même à assortir, pages entières et pages à pochettes A4 (9×12 pouces), pour varier un peu et éviter de multiplier les zones de stockage de mes créations. A part quelques mini albums, tout était rassemblé dans ce classeur.

 

Je n’étais plus abonnée au kit Studio Calico ; en cours d’année, je me suis abonnée à celui de Scrapatalie, situé en Belgique (frais de port nettement plus intéressants et kits superbement imaginés) ! Ce n’était pas un kit spécifique project life, du coup je créais les cartes moi-même, ce qui me donnait plus de possibilités créatives.

Scrapbooking Project life (5)
Scrapbooking Project life (6)
Scrapbooking Project life (7)
Scrapbooking Project life (8)

 

En 2017

Toujours graphique, mais encore plus freestyle. J’ai plus osé. J’ai découvert (ça se verra dans les « pages », dans un prochain article) que plus je me lâchais, plus je créais sans réfléchir, plus j’étais contente du résultat.

Là, j’avais stocké déjà pas mal de matériel, donc je n’ai pas repris d’abonnement.

Scrapbooking Project life (9)
Scrapbooking Project life (11)
Scrapbooking Project life (10)

Je suis assez fière de cette page de garde. J’avais screené tous les « bonne année » sur Instagram, et avait imprimé sur bristol les plus sympas !

 

2018

Cette année, je ne sais pas encore si je vais reprendre le project life. Je me remets tout juste au scrap (que j’ai arrêté depuis septembre dernier), je vais commencer par des pages, et essayer de finir mon album de l’été 2017. Je vais me laisser porter par mes envies

 

Et vous, tenez-vous (ou avez-vous tenu) un project life ? Vous avez suivi les règles ou avez-vous pris des libertés, comme moi ?

 


La semaine prochaine, je vous montrerai mes tableaux de dark mixed media. Vous ne savez pas ce que c’est ? Alors RV jeudi prochain ^^

A bientôt donc 😉

Alexandrine

3 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *